Kashk Bademjan A2
juin 17, 2021
02 Iranologie – IlamB1
juin 22, 2021

Écrivain franco-belge – A2

Articles reçus

Remarque :

Dans cette rubrique, nous publions des articles envoyés par nos lecteurs. Nous essayons donc de ne pas manipuler le texte.

Écrivain franco-belge
Schmitt est un des auteurs francophones contemporains les plus lus et les plus représentés au monde. Il a été traduit en 40 langues et joué dans plus de 50 pays.
Éric-Emmanuel Schmitt, né le 28 mars 1960 à Sainte-Foy-lès-Lyon dans la région Rhône-Alpes, est un dramaturge, nouvelliste, romancier et réalisateur français naturalisé belge en 2008.
Les parents d’Éric-Emmanuel Schmitt étaient professeurs d’éducation physique et sportive puis son père est devenu masseur-kinésithérapeute dans des cliniques pédiatriques ; de plus, son père fut champion un Schmitt se peint lui-même comme un adolescent rebelle, ne supportant pas les idées reçues et parfois victime d’accès de
violence. Mais selon lui, la philosophie l’aurait sauvé en lui apprenant à être lui-même et à se sentir libre. Un jour, sa mère l’emmène voir au théâtre une représentation de Cyrano de Bergerac avec Jean Marais. L’enfant est bouleversé jusqu’aux larmes et le théâtre devient sa passion. Il se met alors à écrire. Pour améliorer son style, il se livre avec fougue et ferveur à des exercices de réécritures et de pastiches, en particulier de Molière.
Après une khâgne au lycée du Parc, Schmitt réussit le concours d’entrée de l’École normale supérieure. Il y étudie de 1980 à 1985 et en sort agrégé de philosophie. Il enseigne en suite un an au lycée militaire de Saint-Cyr pendant son service militaire, puis trois ans à Cherbourg et à l’université de Chambéry.
Durant les années 1990, ses pièces de théâtre lui apportent un succès rapide dans plusieurs pays. Sa deuxième pièce, le Visiteur, obtient trois prix lors de la Nuit des Molières 1994. Il décide alors de se consacrer entièrement à l’écriture et quitte son poste de maître de conférences en philosophie.
Au début des années 2000, il compose plutôt des romans et des nouvelles. L’Évangile selon Pilate, publié en 2000, est un succès critique et de ventes sur un sujet touchant à l’histoire de Jésus-Christ. L’année suivante, Schmitt délivre un autre roman sur un personnage historique sujet à débat ; la Part de l’autre est une achronie dans laquelle Adolf Hitler aurait réussi à entrer à l’École des beaux-arts de Vienne : son avenir et celui du monde en changent du tout au tout. Il écrit ensuite une variation fantaisiste et satirique sur le mythe de Faust Lorsque j’étais une œuvre d’art (2002).
Les récits de son Cycle de l’Invisible ont rencontré un immense succès aussi bien en francophonie qu’à l’étranger, aussi bien sur scène qu’en librairie. Milarepa sur le bouddhisme, Monsieur Ibrahim et les fleurs du Coran sur le soufisme, Oscar et la Dame rose (2002) sur le christianisme, L’Enfant de Noé (2004) sur le judaïsme, Le Sumo qui ne pouvait pas grossir (2009) sur le bouddhisme zen, sont lus par des millions de lecteurs de toutes les générations.
À la recherche de nouveaux modes d’expression, il publie une autofiction, Ma vie avec Mozart, simultanément dans 8 pays, de la Corée du Sud à la Norvège. Cette symbiose de paroles et musique sera portée en scène par des comédiens et solistes. Dans la veine du premier film qu’il écrit et réalise, il écrit un recueil de nouvelles : Odette Toulemonde et autres histoires célèbre la femme et sa quête du bonheur. Comme le livre, le film Odette Toulemonde fera le tour d’Europe. La Rêveuse d’Ostende suivra fin 2007 pour rendre un bel hommage au pouvoir de l’imagination. Un troisième recueil paraît en 2010 : Concerto à la mémoire d’un ange.

Désormais, tout en continuant l’écriture romanesque et théâtrale, il se consacre à l’écriture cinématographique. Après Odette Toulemonde (2007), une comédie sur le bonheur avec Catherine Frot et Albert Dupontel, il adapte Oscar et la Dame rose (2009), avec notamment Michèle Laroque, Max von Sydow, Amira Casar, Mylène Demongeot.iversitaire de France en boxe et sa mère championne de course à pied
Eric Emmanuel Schmidt est un philosophe qui a traité de divers sujets dans ses œuvres et a essayé d’utiliser l’élément de l’histoire et du jeu pour expliquer sa vision de l’homme et du monde. Il semble avoir eu beaucoup de succès à cet égard car ses œuvres ont été traduites dans 43 langues vivantes du monde et la plupart de ses œuvres ont été mises en scène dans 50 pays. L’inégalité entre les sexes est l’un des problèmes les plus importants que Schmidt semble traiter ou tente d’une manière ou d’une autre d’impliquer le public sur la question du genre. Une analyse de l’histoire de Hayau du point de vue du genre montre que, d’une part, la variété et l’attrait des rôles que jouent les femmes dans l’œuvre de Schmidt sont fascinants et louables sur le plan artistique. D’autre part, dans les rôles qu’il a attribués aux femmes, non seulement il n’a pas montré moins le sexe féminin que le sexe masculin, mais avec une beauté et un art particuliers, il a sensibilisé le public à la présence colorée des femmes dans existence, vie quotidienne et famille. Cependant, dans les œuvres de Schmidt, le genre n’est pas unilatéral, et les hommes et les femmes brisent le fardeau de l’existence ensemble et côte à côte. De telle sorte que l’idée d’égalité et d’égalité des hommes et des femmes dans ses œuvres a une importance indéniable.

Par : Mehdi Azimi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *