Mouvement littéraire _ B2
juillet 7, 2020
Le Fourteenth numéro du journal virtuel “Bonjour Français” a été publié
juillet 14, 2020

Ispahan-B2

ایرانشناسی – اصفهان
اصفهان، سومین شهر پر جمعیت ایران و یکی از مهمترین مراکز صنعت و آموزش در ایران می باشد که در 340 کیلومتری تهران واقع شده است. این شهر در سال 1979 به عنوان میراث جهانی در یونسکو به ثبت رسید و میدان نقش جهان این شهر از سال 1988 به عنوان میراث فرهنگی ثبت گردیده است. این شهر از مسیرهای تجاری چین، هند و امپراتوری عثمانی از جمله جاده ابریشم عبور می کند. در قرن هفدهم، این شهر اولین مکان استقبال از اقشار هند بوده و 10 تا 15 هزار بازرگان در این شهر وجود داشت.
رشد این شهر از زمان پهلوی آغاز و در بین سالهای 1953-1959 با ایجاد صنعت نساجی گسترش پیدا کرد و با تاسیس کارخانه بزرگ فولاد، کارخانه سیمان و غیره به یک مرکز بزرگ صنعتی تبدیل شد. از نظر پذیرش گردشگری، سومین استان ایران و در سال 2002 بالغ بر 200 هزار گردشگر را جذب خود کرده که نسبت به سال قبل آن، رشد چشمگیری داشته است. از مکان های دیدنی این شهر می توان به کلیسای جامع وانک، موزه و کتابخانه اقشار ارامنه، که دارای نسخه های خطی تاریخ باستان ارمنی می باشد، اشاره کرد. کوه سوفه واقع در جنوب اصفهان فرصتی مناسب برای ورزش دوستان کوهنوردی می باشد. موزه هنرهای تزیینی، کاخ چهارباغ و سی و سه پل از دیگر جاذبه های گردشگری اصفهان می باشد.
این مقاله مناسب افراد دارای سطح B2 می باشد. .
گردآورنده : الهام نورکیهانی

Iranologie

Ispahan

Ispahan est une ville d’Iran, capitale de la province d’Ispahan. Elle est située à 340 kilomètres au sud de Téhéran, au croisement de deux voies importantes reliant l’ouest à l’est et le nord au sud du pays. Ispahan était en septembre 2015 la troisième ville la plus peuplée d’Iran (après Téhéran et Machhad), avec 2 031 324 habitants, appelés en français les Ispahanais. La zone métropolitaine d’Ispahan est un des centres majeurs de l’industrie et de l’enseignement en Iran.
Ispahan a été capitale de l’empire perse sous la dynastie des Séfévides entre le XVIe siècle et le XVIIIe siècle. La ville est bien irriguée et sa verdure offre un contraste bien particulier avec les étendues désertiques qui l’entourent. Les travaux entrepris sous le chah Abbas faisant d’Ispahan une vitrine de l’architecture et de l’art séfévide extrêmement raffiné, ainsi que les nombreux monuments islamiques construits entre le XIe et le XIXe siècle, font d’Ispahan un des joyaux du Moyen-Orient.
La place Naghche-e Jahan est classée au patrimoine mondial de l’humanité depuis 1988.

Climat

Le climat d’Ispahan et de la région qui l’entoure est semi-désertique avec une période de sécheresse s’étendant d’avril à novembre. Les précipitations moyennes annuelles sont de 130 millimètres, la plupart ayant lieu durant les mois d’hiver, entre décembre et avril, sous forme de neige ou de pluie. Durant l’été, il n’y a aucune précipitation. L’écart entre l’été et l’hiver est sensible, avec une moyenne de 30 °C en juillet et de 3 °C en janvier. L’évapotranspiration potentielle annuelle est de 1 500 millimètres
par an, rendant toute forme d’agriculture impossible sans irrigation.

Économie

Ispahan est située au croisement des routes qui traversent l’Iran du Nord au Sud ou d’Est en Ouest, les routes commerciales entre la Chine, l’Inde et l’empire ottoman (dont la route de la soie) et entre le golfe Persique et la Russie. L’établissement d’un monopole royal sur les biens d’exportation à l’époque séfévide renforcera encore la dimension internationale de la capitale iranienne de l’époque.
Au XVIIe siècle, Ispahan est d’ailleurs le premier lieu d’accueil de la diaspora indienne qui compte entre 10 et 15 000 marchands dans cette ville.

• Industrie et haute technologie

L’industrialisation d’Ispahan date de la période Pahlavi comme dans tout l’Iran, et a été marquée par la forte croissance à cette époque de l’industrie textile ; ce qui a valu à la ville le surnom de « Manchester de la Perse ». À la fin des années 1930, les usines textiles emploient plus de 5 300 ouvriers. Cette forte croissance a suivi le boom des années 1953–1959 en Iran et a donné lieu à l’expansion de l’industrie du textile d’Ispahan et d’autres usines privées produisant des biens de consommation pour le marché

local et national. Pendant la révolution blanche, Ispahan devient un centre industriel majeur avec l’implantation d’une grande aciérie, de cimenteries, d’usines sucrières, d’une raffinerie de pétrole et d’industries pétrochimiques et de la défense.

• Tourisme

La province d’Ispahan est la troisième province d’Iran en termes d’accueil de touristes. Le fait que la place Naghche-e-Jahan soit inscrite au patrimoine mondial de l’humanité et plus généralement l’offre touristique de la ville (bâtiments historiques, artisanat, etc.) attire de nombreux touristes iraniens et des touristes étrangers.
L’offre touristique d’Ispahan se développe rapidement (quarante projets en cours en 2002) et vise à attirer des touristes du monde entier. Le nombre de visiteurs en 2002 a dépassé 200 000 touristes
ce qui représente une augmentation de 300 % par rapport à l’année précédente. Cette augmentation serait due à l’augmentation de l’infrastructure touristique de la ville et aux prix intéressants par rapport à d’autres pays.

Que faire dans la province d’ Ispahan ?

La place Naghche-e Jahan

Immense ? Et pour cause : cette place est une des plus grandes du monde ! Inscrite au patrimoine mondial de l’Unesco en 1979, les 9 hectares de la place Naghche-e-Jahan sont un incontournable pour toute personne venue visiter Ispahan : son architecture magistrale témoigne de la puissance de la dynastie des Safavides, régnant sur le pays entre le XVI° et le XVIII°, et elle revêt également un rôle politique fondamental pour l’unité iranienne, le Chah ayant décidé de réunir les trois composants principaux du pouvoir autour de cette place mythique.

La cathédrale Saint-Sauveur

Normalement nommée « cathédrale Vanak «, c’est l’édifice chrétien le plus visité de l’Iran. Située dans le quartier arménien d’Ispahan, elle abrite un musée à l’histoire de ce peuple très présent en Iran, ainsi qu’une bibliothèque abritant des manuscrits historiques séculaires arméniens. L’intérieur, couverte de fresques à la gloire de saint Grégoire l’Illuminateur, éblouira le visiteur par ses dorures splendides et parfaitement conservées : parfais pour se cultiver quand on vient visiter Ispahan !

Le mont Soffeh

Situé au sud d’Ispahan, le mont Soffeh et ses 2257 mètres offre l’occasion aux sportifs endurcis de s’exercer à l’escalade, ou aux amateurs de randonnée de profiter des nombreux sentiers de randonnée permettant de croiser les ruines de châteaux antiques, voire même un petit zoo, des restaurants, et un téléphérique menant directement au sommet : ce dernier vaut le détour car il offre un panorama tout à fait exceptionnel sur la métropole, il s’agit donc d’un immanquable lorsqu’on vient visiter Ispahan.

Le musée des arts décoratifs

Fondé en 1995, cet espace culturel abrite plus de 3000 œuvres témoignant de la richesse culturelle des Safavides et des Qâdjârs. Cette halte enrichissante est l’occasion pour le visiteur de découvrir le savoir-faire exceptionnel des divers peuples ayant gouverné la Perse antique, devenue l’Iran. Pour achever de convaincre ceux qui ne savent pas que faire à Ispahan, sachez que le musée des arts décoratifs est abrité dans un des plus vieux bâtiments d’Ispahan, le palais du Chaharbagh, construit au début du XI° siècle sous le règne de Chah AbbasS I.

Si-o-se Pol

Que faire à Ispahan quand on cherche à s’ébahir devant un monument grandiose ? Passez-donc devant le Si-o-se Pol, un des onze ponts que compte la ville. Celui-ci se démarque par sa structure à double niveau qu’il est possible d’arpenter ; nous vous conseillons surtout d’admirer les éclairages nocturnes orientés vers les arches majestueux qui
donnent à l’édifice un aspect surnaturel une fois la nuit tombée ! Le pont sert aussi à réguler le cours du fleuve qu’il enjambe, et a donc un double rôle, culturel et infrastructurel.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *