La mauvaise femme
مهر ۲۹, ۱۳۹۹
Grammaire en dialogues-debutant
مهر ۲۹, ۱۳۹۹

La veuve et ses deux filles

درک شنیداری زبان فرانسه - آنلاین زبان فرانسه - آنلاین زبان فرانسوی - درک شنیداری فرانسه - تمرین درک شنیداری فرانسه

درک شفاهی زبان فرانسه - آنلاین زبان فرانسه - آنلاین زبان فرانسوی - درک شنیداری فرانسه - تمرین درک شنیداری فرانسه

داستان بیوه زن و دو دخترش – تمرین درک شنیداری زبان فرانسه

در مسیر آموزش زبان فرانسه ، قابلیت درک شنیداری زبان فرانسه یا (compréhension orale) یکی از مهمترین مواردی است که زبان آموزان زبان فرانسوی ، می بایست بر روی آن کار کنند.
ما با استفاده از متدهای به روز آموزش زبان فرانسه ، شما عزیزان را در آموزش آنلاین زبان فرانسه همراهی خواهیم کرد.
در این سر فصل داستان های ساده صوتی را برای شما آماده کرده ایم. ابتدا سعی کنید دو مرتبه این داستان صوتی به زبان فرانسه را بدون نگاه کردن به متن گوش کنید.

دانلود فایل صوتی

سپس به فهرست لغات مهم این داستان که در ادامه می آید مراجعه کرده تا با لغات جدید در زبان فرانسوی آشنا شوید

Une veuve : Une femme dont le mari est mort.
Teint : Le teint est la couleur de la peau.
Filer : le verbe « filer » signifie « travailler une matière textile pour la transformer en fils ». Par exemple : filer la laine.
Se traîner : Ce verbe pronominal signifie « avoir des difficultés à marcher, marcher péniblement ».
Boire un coup : l’expression « boire un coup » signifie « boire un verre ».
Je mangerais bien un morceau : l’expression « manger un morceau » conjuguée ici au conditionnel présent signifie « manger très peu, faire un repas léger, prendre une collation rapide ».
Ragoûter : le verbe « ragoûter » signifie « redonner le goût de manger, redonner de l’appétit » à une personne souffrante, malade, une personne qui a peu de force »
Prunes : une prune est un fruit à noyau. Parmi les prunes européennes les plus connues, on trouve la mirabelle et la reine-claude.
De bonne grâce : l’expression « de bonne grâce » est invariable, elle signifie « avec plaisir, volontiers ».
De mauvaise grâce : l’expression « de mauvaise grâce » est invariable et signifie « contre sa volonté, contre son gré ».
A contrecœur : l’expression « à contrecœur » signifie « malgré soi, avec déplaisir, sans en avoir envie ».
Selon leur mérite :cette expression signifie « en fonction des vertus » d’une personne ou encore « par rapport à sa conduite, son attitude ».

La Veuve et ses Deux Filles

Il résolut de : il s’agit du verbe « résoudre de » qui signifie « être décidé à faire quelque chose », « avoir la détermination de faire quelque chose ».
Je vous suis bien obligée : l’expression « être obligé » conjuguée au présent signifie « être reconnaissant de quelque chose » ou encore « être redevable de quelque chose ».

Je suis accoutumée : l’expression « être accoutumé » conjuguée au présent signifie « être habitué »

Divertissait : le verbe « divertir » conjugué à l’imparfait signifie « amuser », « distraire ».

Maîtresses : une maîtresse est une femme qui a une relation avec un homme marié.

Faire bonne mine à : cette expression signifie « être aimable, gentil, sympa » avec une personne.

Ôtait : le verbe « ôter » conjugué à l’imparfait signifie « enlever, quitter, supprimer ».

Elle était contredite : le verbe « contredire » est ici conjugué à l’imparfait, à la forme passive. Il signifie « être contesté », « être analysé » ou encore « être examiné ».

Tout de travers : la locution « de travers » est renforcée par l’adverbe « tout ». Elle signifie « dans le mauvais sens, d’une manière opposée à ce qu’il faudrait ».

Accablée de : l’adjectif « accablé » signifie « effondré, abattu, en état de déprime ».

La Veuve et ses Deux Filles

Se désennuyer : le verbe pronominal « se désennuyer » signifie « sortir une personne de l’ennui » autrement dit qu’une personne trouve le moyen de se distraire, de s’occuper.

Il serait débarrassé d’ : il s’agit du verbe « débarrasser » conjugué au conditionnel, à la voix passive. Il signifie « être libéré d’une personne qui gêne, qui dérange, qui embarrasse ».

Engraissée : l’adjectif « engraissé » signifie « devenir gras ou gros ».

Ses manières complaisantes : l’adjectif « complaisant » signifie « qu’une personne cherche à rendre service à une personne, à être aimable, serviable avec cette personne.

S’empressait à : le verbe pronominal « s’empresser à » signifie « montrer du zèle, montrer de l’ardeur » envers une personne, autrement dit « montrer de l’intérêt pour quelqu’un par des attentions ». Cet emploi est rare. Aujourd’hui, on utilise le verbe « s’empresser de » qui signifie « se dépêcher de », se hâter de ».

Des preuves : une preuve est une chose qui permet de montrer la vérité d’un fait.

Ils se portaient à merveille : l’expression « se porter à merveille » conjuguée ici à l’imparfait signifie « être en pleine forme, être en bonne santé ».

Présent : un présent est un cadeau.

La Veuve et ses Deux Filles

Je n’ai pas prétendu : il s’agit du verbe « prétendre » conjugué au passé-composé. Il signifie « affirmer, dire, revendiquer ».

Punir : le verbe « punir » signifie « donner une punition, une correction à une personne », « sanctionner une faute par une peine ».

Vous vous êtes assez vengée : il s’agit du verbe pronominal « se venger » conjugué au passé-composé. Il signifie « prendre une revanche sur quelqu’un pour le mal qu’il nous a fait ».

Avait prédit : il s’agit du verbe « prédire » conjugué au plus-que-parfait. Il signifie « annoncer ce qui va arriver ».

سپس می توانید متن پیاده شده فایل صوتی این تمرین درک شفاهی زبان فرانسه را همزمان با گوش دادن مجدد به فایل صوتی دنبال کنید.

 

دانلود فایل متن داستان

 

در انتها، متن را بدون گوش کردن به فایل صوتی مطالعه کرده و لغات فرانسوی جدید را یادداشت کنید.
هر هفته این تمرین درک شفاهی زبان فرانسه را برای یک داستان انجام داده و لغات داستان هفته گذشته را که یادداشت کرده اید، چندیدن بار مرور کنید.
پس از پایان داستان های هر سطح، به عنوان مثال مقدماتی، یک هفته به خود استراحت داده و در هفته بعدی، تنها لغاتی را که از داستان های این سطح یادداشت کرده اید، مرور نمایید
بعد از یک ماه از اتمام سطح اول، مجدد به داستان ها و تمرین درک شنیداری زبان فرانسه در سطح مربوطه مراجعه کرده و این بار هر روز یک داستان را گوش کرده و لغت هایش را مرور نمایید.

 

دانلود فایل صوتی

 

شما عزیزان می توانید برای دسترسی به تمرینات بیشتر آموزش زبان فرانسه مانند گرامر زبان فرانسه ، مکالمه زبان فرانسه و درک شنیداری زبان فرانسه به  صفحه مربوطه در وبسایت ما مراجعه نمایید.

 

متن فرانسوی داستان صوتی

هدف از این تمرین درک شفاهی زبان فرانسه ، تقویت دامنه لغات و افزایش توانایی مهارت شنیداری می باشد.

La Veuve et ses Deux Filles

Il y avait une veuve, assez bonne femme, qui avait deux filles, toutes deux forte aimables ; l’aînée se nommait Blanche, la seconde Vermeille. On leur avait donné ces noms, parce qu’elles avaient, l’une le plus beau teint du monde, et la seconde des joues et des lèvres vermeilles comme du corail. Un jour la bonne femme, étant près de sa porte, à filer, vit une pauvre vieille, qui avait bien de la peine à se traîner avec son bâton.

« Vous êtes bien fatiguée, dit la bonne femme à la vieille. Asseyez-vous un moment pour vous reposer »; et aussitôt, elle dit à ses filles de donner une chaise à cette femme. Elles se levèrent toutes les deux ; mais Vermeille courut plus vite que sa sœur, et apporta la chaise.
« Voulez-vous boire un coup ? dit la bonne femme à la vieille.

La Veuve et ses Deux Filles

– De tout mon cœur, répondit-elle ; il me semble même, que je mangerais bien un morceau, si vous pouviez me donner quelque chose pour me ragoûter.

– Je vous donnerai tout ce qui est en mon pouvoir, dit la bonne femme ; mais, comme je suis pauvre, ce ne sera pas grand-chose. »

En même temps, elle dit à ses filles de servir la bonne vieille, qui se mit à table : et la bonne femme commanda à l’aînée d’aller cueillir quelques prunes qu’elle avait plantées elle-même et qu’elle aimait beaucoup. Blanche, au lieu d’obéir de bonne grâce à sa mère, murmura contre cet ordre, et dit en elle- même :

La Veuve et ses Deux Filles

Ce n’est pas pour cette vieille gourmande que j’ai eu tant de soin de mon prunier. Elle n’osa pourtant pas refuser quelques prunes, mais elle les donna de mauvaise grâce et à contrecœur.

« Et vous, Vermeille dit la bonne femme, à la seconde de ses filles, vous n’avez pas de fruit à donner à cette bonne dame, car vos raisins ne sont pas mûrs.

– Il est vrai, dit Vermeille, mais j’entends ma poule qui chante, elle vient de pondre un œuf, et si madame veut l’avaler tout chaud, je le lui offre de tout mon cœur. »

La Veuve et ses Deux Filles

En même temps, sans attendre la réponse de la vieille, elle courut chercher son œuf ; mais dans le moment qu’elle le présentait à cette femme, elle disparut, et l’on vit à sa place une belle dame, qui dit à la mère :

« Je vais récompenser vos deux filles selon leur mérite. L’aînée deviendra une grande reine, et la seconde une fermière »; et en même temps, ayant frappé la maison de son bâton, elle disparut, et l’on vit à la place une jolie ferme. « Voilà votre partage, dit-elle à Vermeille. Je sais que je vous donne à chacune ce que vous aimez le mieux.»

La Veuve et ses Deux Filles

La fée s’éloigna, en disant ces paroles ; et la mère, aussi bien que les deux filles, restèrent fort étonnées. Elles entrèrent dans la ferme, et furent charmées de la propreté des meubles. Les chaises n’étaient que de bois ; mais elles étaient si propres, qu’on s’y voyait comme dans un miroir. Les lits étaient de toiles, blanches comme la neige.

Il y avait dans les étables vingt moutons, autant de brebis, quatre bœufs, quatre vaches ; et dans la cour, toutes sortes d’animaux; comme des poules, des canards, des pigeons et autres. Il y avait aussi un joli jardin, rempli de fleurs et de fruits. Blanche voyait sans jalousie le don qu’on avait fait à sa sœur, et elle n’était occupée que du plaisir qu’elle aurait d’être reine.

La Veuve et ses Deux Filles

Tout d’un coup, elle entendit passer des chasseurs, et étant allée à la porte pour les voir, elle parut si belle aux yeux du roi, qu’il résolut de l’épouser. Blanche, étant devenue reine, dit à sa sœur Vermeille :

« Je ne veux pas que vous soyez fermière ; venez avec moi, ma sœur, je vous ferai épouser un grand seigneur.

– Je vous suis bien obligée, ma sœur, répondit Vermeille ; je suis accoutumée à la campagne, et je veux y rester. »

La reine Blanche partit donc, et elle était si contente, qu’elle passa plusieurs nuits sans dormir de joie. Les premiers mois, elle fut si occupée de ses beaux habits, des bals, des comédies, qu’elle ne pensait à autre chose. Mais bientôt elle s’accoutuma à tout cela, et rien ne la divertissait plus ; au contraire, elle eut de grands chagrins.

La Veuve et ses Deux Filles

Toutes les dames de la cour lui rendaient de grands respects, quand elles étaient devant elle ; mais elle savait qu’elles ne l’aimaient pas, et qu’elles disaient, « voyez cette petite paysanne, comme elle fait la grande dame ; le roi a le cœur bien bas, d’avoir pris telle femme ».

Ce discours fit faire des réflexions au roi. Il pensa qu’il avait eu tort d’épouser Blanche ; et comme son amour pour elle était passé, il eut un grand nombre de maîtresses. Quand on vit que le roi n’aimait plus sa femme, on commença à ne plus lui rendre aucun devoir. Elle était très malheureuse, car elle n’avait pas une seule bonne amie, à qui elle pût conter ses chagrins.

Elle voyait que c’était la mode, à la cour, de trahir ses amis par intérêt ; de faire bonne mine à ceux que l’on haïssait, et de mentir à tout moment. Il fallait être sérieuse, parce qu’on lui disait qu’une reine doit avoir un air grave et majestueux.

La Veuve et ses Deux Filles

Elle eut plusieurs enfants ; et pendant tout ce temps, elle avait un médecin auprès d’elle, qui examinait tout ce qu’elle mangeait, et lui ôtait toutes les choses qu’elle aimait. On ne mettait point de sel dans ses bouillons ; on lui défendait de se promener, quand elle en avait envie ; en un mot, elle était contredite depuis le matin jusqu’au soir.La Veuve et ses Deux Filles

On donna des gouvernantes à ses enfants, qui les élevaient tout de travers, sans qu’elle eût la liberté d’y trouver à redire. La pauvre Blanche se mourait de chagrin, et elle devint si maigre, qu’elle faisait pitié à tout le monde.

Elle n’avait pas vu sa sœur, depuis trois ans qu’elle était reine, parce qu’elle pensait qu’une personne de son rang serait déshonorée, d’aller rendre visite à une fermière ; mais, se voyant accablée de mélancolie, elle résolut d’aller passer quelques jours à la campagne, pour se désennuyer.

La Veuve et ses Deux Filles

Elle en demanda la permission au roi, qui la lui accorda de bon cœur, parce qu’il pensait qu’il serait débarrassé d’elle pendant quelque temps. Elle arriva le soir à la ferme de Vermeille, et elle vit de loin, devant la porte, une troupe de bergers et de bergères, qui dansaient et se divertissaient de tout leur cœur.

« Hélas ! dit la reine, en soupirant, où est le temps que je me divertissais comme ces pauvres gens ? »

D’abord qu’elle parut, sa sœur accourut pour l’embrasser. Elle avait un air si content, elle était si fort engraissée, que la reine ne put s’empêcher de pleurer en la regardant. Vermeille avait épousé un jeune paysan, qui n’avait pas de fortune, mais il se souvenait toujours que sa femme lui avait donné tout ce qu’il avait, et il cherchait par ses manières complaisantes à lui en marquer sa reconnaissance.

La Veuve et ses Deux Filles

Vermeille n’avait pas beaucoup de domestiques, mais ils l’aimaient, comme s’ils eussent été ses enfants, parce qu’elle les traitait bien.

Tous ses voisins l’aimaient aussi, et chacun s’empressait à lui en donner des preuves. Elle n’avait pas beaucoup d’argent, mais elle n’en avait pas besoin ; car elle recueillait dans ses terres, du blé, du vin et de l’huile.

Ses troupeaux lui fournissaient du lait, dont elle faisait du beurre et du fromage. Elle filait la laine de ses moutons pour se faire des habits, aussi bien qu’à son mari, et à deux enfants qu’elle avait. Ils se portaient à merveille, et le soir, quand le temps du travail était passé, ils se divertissaient à toutes sortes de jeux.

La Veuve et ses Deux Filles

« Hélas ! s’écria la reine, la fée m’a fait un mauvais présent, en me donnant une couronne. On ne trouve point la joie dans les palais magnifiques, mais dans les occupations innocentes de la campagne. » A peine eut-elle dit ces paroles, que la fée parut.

« Je n’ai pas prétendu vous récompenser, en vous faisant reine, lui dit la fée, mais vous punir, parce que vous m’aviez donné vos prunes à contrecœur. Pour être heureux, il faut comme votre sœur, ne posséder que les choses nécessaires, et n’en point souhaiter davantage.

– Ah ! Madame, s’écria Blanche, vous vous êtes assez vengée; finissez mon malheur.
– Il est fini, reprit la fée. Le roi, qui ne vous aime plus, vient d’épouser une autre femme ; et demain, ses officiers viendront vous ordonner de sa part, de ne point retourner à son palais. »

Cela arriva comme la fée l’avait prédit : Blanche passa le reste de ses jours avec sa sœur Vermeille, avec toutes sortes de contentements et de plaisirs ; et elle ne pensa jamais à la cour, que pour remercier la fée de l’avoir ramenée dans son village.

.امیدواریم این تمرین درک شنیداری زبان فرانسه برای شما زبان دوستان مفید بوده باشد

برای دسترسی به تمرینات بیشتر در درک شنیداری زبان فرانسه به این صفحه مراجعه نمایید.

تهیه و تنظیم: میلاد عاصمی پور
برای مشاوره با کارشناسان انستیتو میلاد در خصوص دوره های آموزش حضوری و آموزش آنلاین زبان فرانسه و یا مشاوره مهاجرت با شماره های ۰۲۱۸۸۸۷۷۷۴۲ و ۰۹۰۱۳۲۳۹۰۰۸ تماس حاصل نمایید.

دیدگاهتان را بنویسید

نشانی ایمیل شما منتشر نخواهد شد. بخش‌های موردنیاز علامت‌گذاری شده‌اند *